Birgitta Jónsdóttir : « Nous, peuple, sommes le système » TEDx Reykjavik 16 mai 2015

Birgitta Jónsdóttir : « Nous, peuple, sommes le système » TEDx Reykjavik 16 mai 2015

Cet article est également disponible en: Anglais, Grec moderne

Le discours de Birgitta Jónsdóttir, « Nous, peuple, sommes le système », a été prononcé lors du TEDx Reykjavik tenue le 16 mai 2015. Birgitta nous explique pourquoi ce petit pays insulaire qu’est l’Islande a besoin d’un gouvernement dirigé par des pirates. Elle explique aussi pourquoi le monde entier a besoin que l’Islande soit le laboratoire social où les Principes Pirate peuvent-être mis en pratique.
Le texte «remixé» du discours de Birgitta peut être trouvé sur son blog ou si vous continuez à lire ce qui suit.
Le texte du blog a également été traduit en Brésilien, Portugais, Russe, Italien et en Allemand.
Une copie de la vidéo avec des sous-titres en anglais et en espagnol est disponible sur Vimeo.
D’autres traductions suivront.


++++++++
Le 21ème siècle sera celui des gens ordinaires – votre siècle, et le nôtre.
Nous vivons une ère remarquable, une ère de changements. Nous avons la bibliothèque d’Alexandrie à portée de clavier; tout le savoir du monde est numérisé et disponible via Internet.

Pendant ce temps, nos modèles démocratiques restent creux et s’effritent à un rythme alarmant alors que nous nous engageons dans une nouvelle ère de complexité, de technologie et d’interconnectivité.

Les idéologies des politiciens de la vielle-école, des médias, des systèmes monétaires, de l’éducations, des entreprises et toutes les structures connues sont en état de transformation. Elles sont en ruine. Il est maintenant temps pour un changement fondamental sur tous les fronts, nous devons saisir ce moment. Parce que c’est LE moment.

Nos États sont construits autour de systèmes périmés, créés dans des temps plus simples et pour de plus petites sociétés. Aujourd’hui, ces systèmes ne servent plus les personnes, mais sont simplement au service d’eux-mêmes. L’État-Providence a été vidé et est sur le point de s’effondrer, souvent via les privatisations. Nous détruisons notre planète et nos systèmes actuels sont incapables d’agir à ce sujet. La plupart de nos démocraties sont devenues de sorte de dictature à 100 voix sur le corps d’une personne morale. Des lois “anti-terroristes” draconniennes et le secret sont en quelques sortes devenus les nouvelles normes. Les démocraties modernes sont devenues un mélange bizarre du “Meilleur des mondes” et de “1984”.

Alors, savez-vous ce qu’est notre identité numérique ? Elle est faite de contenu et de méta-données. Savez-vous ce que sont les méta-données et la rétention des données ?
Je veux dire, est-ce que vous le comprenez vraiment ?
Comprenez que vous avez constitutionnellement le droit de voter sans que quiconque sache pour qui ou pour quoi vous avez voté ? Que les avocats et leurs clients ont le droit d’avoir des conversations en privé ? Que ce qui se passe entre vous et votre médecin doit rester privé ? Que la communication entre une source et un journaliste doit rester privée?

La rétention de données de vos méta-données signifie basiquement que vous êtes cul-nu dans le système, que votre identité numérique est disponible pour tous ceux qui ont assez de puissance ou de moyens financier pour pouvoir voir, examiner, sortir, vendre, toucher, manipuler et consommer vos données. Votre identité numérique est une sorte d’ombre numérique. Elle vous suit où que vous alliez et contrairement à votre ombre normale, elle peut être capturée, modifiée, partagée ou vendue.

Si vos murs sont des fenêtres, allez-vous tirer les rideaux pour aller dormir, avoir des relations sexuelles ou aller dans la salle de bain ? Oui ? Peut-être ?
Dans votre maison numérique, vous n’avez simplement pas le choix. Le chiffrement et la législation sont les clés qui vous permettent de tirer les rideaux quand vous le voulez.

Nous n’avons jamais été autant connectés que nous le sommes aujourd’hui, prêts à partager en temps réel des histoires de succès et d’échecs. Par conséquent, notre courbe d’apprentissage est plus pentue que jamais. Nous partageons, téléchargeons, remixons et co-créons chaque jour. Notre identité numérique est en pleine expansion et notre ombre numérique grandissante. Nous sommes manipulés chaque jour en nous faisant croire que nous sommes impuissants, qu’il n’y a rien qui puisse changer ces systèmes; mais je vous le dis : c’est un mensonge.

Vous avez le pouvoir d’être un catalyseur de changement dans notre monde. Il y a toujours eu des individus qui ont changé le monde : ce n’est pas venu d’une source externe, mais par le pouvoir individuel de bien ou de mal. Voulez-vous que ce soit les autres qui aient le pouvoir dans votre vie ou voulez-vous accepter la responsabilité de réclamer ce pouvoir et de l’utiliser en étant une partie prenante de la co-création de notre société ?

Ce sens de la responsabilité sociale a toujours été en quelque sorte une part de ma personne, peut-être parce que j’ai été paria étant gamine, le vilain petit canard étrange dans mon village qui ne convenait nulle part. Je suis chanceuse, j’ai appris très tôt à être mon alchimiste personnelle et à transformer la difficulté en force. J’ai accepté d’être comme une sorte de cochon de Guinée humain qui arriverait de la défaillance du système. Ce sont des erreurs humaines qui ont conduit, par exemple, aux suicides de mon père bien-aimé et de mon mari, qui ont tous deux disparu dans le fond du paysage d’eau et de glace islandais. Le fait que le système accepte ça est une “erreur système”.

J’ai choisi d’utiliser ces crises comme un outil de transformation et, à travers la mort de mon père, disparu et jamais retrouvé, la veille de Noël 1987 alors que j’avais juste vingt ans, j’ai appris à valoriser non seulement la vie, mais j’ai aussi appris à m’aimer et à ne pas suivre la voie de l’auto-destruction; plus important encore, j’ai appris le vrai sens du mot compassion. Quand mon mari est décédé quelques années plus tard, j’ai appris à la dure comment faire face à la difficulté, l’incertitude et la crainte de ne pas savoir ce qui va arriver. Cela m’a bien servi en temps de crise, interne ou externe.

J’ai appris bien plus tard, que nos systèmes collectifs rendent en fait compte, lors des périodes de crise, des comportements humains. En fait, nos systèmes sont fabriqués à partir de valeurs humaines. Nous avons crées ce système, nous pouvons donc le défaire. Ce qui peut sembler impossible aujourd’hui pourrait être tout à fait possible demain, parce que nous vivons des changements très rapide sur tous les fronts. Je vous encorage donc à commencer à faire votre plan pour l’avenir que vous voulez vivre. De trouver l’étincelle qui va faire démarrer une révolution dans votre coeur.

Avez vous déjà cherché à savoir d’ou vient le mot “révolution” ? J’aime vraiment ce mot, il signifie le changement, il signifie évoluer avec amour. C’est impressionnant ? Alors pourquoi avez-vous peur du changement… Pourquoi avons-nous si peur ? Tout change tout le temps dans la nature, pourtant nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour pour arrêter le temps.

Pourquoi est-ce que tu as si peur ? Pourquoi est-ce que nous avons si peur ?

Peut-être parce que ce que nous avons bati est si complexe et si grandiose. Peut-être qu’il est temps de revenir à des méthodes plus simple, plus autonomes et durable. Nous pouvons le faire en apprenant les uns des autres, en aidant chaque personne, au niveau local et mondial, en se souvenant que nous, en tant qu’individus, nous pouvons changer le monde. Il est maintenant temps d’avancer, de relever le défi et d’être de ceux qui fabriquent le changement. N’attendez pas que les autres le fassent pour vous : C’est à vous de faire la différence !

Je suis passée par cette étape il y a quelques années, quant j’étais chômeuse, un parent isolé et sans emploi avec pour simple objectif de trouver comment, en tant qu’individu, je pourrai aider à créer un avenir durable pour les générations futures, et ce dans une période de grande incertitude avec la crise financière. Je dois admettre que je n’ai jamais rêvé d’être leader, politicien, parlementaire, ministre, et encore moins Premier ministre. Mon petit Parti Pirate est actuellement, le plus grand parti en Islande. Nous sommes tous très fier et franchement très surpris. Et en ces temps-ci, il est bon de repenser au cercle de pouvoir. Je suis une grande fan du cercle. J’ai co-construit la structure du pouvoir du Parti Pirate comme un cercle : Un cercle de la communauté.

J’ai pris l’engagement suivant envers moi-même : Tant que je suis au pouvoir, je me dois de me rappeler d’écouter mon cœur, d’écouter mon intuition et d’être impeccable dans mes discours. Et si finalement, je perds cet espace de pouvoir, je ne dois pas devenir folle parce qu’il n’a en fait jamais été le mien. Pendant l’allocution prononcée devant la nation, lors du travail au bureau, je leur ai promis d’être le moustique gênant dans leurs tente, et ça, mes amis, c’est une promesse que j’ai gardé. Il suffit de poser la question à mes collègues parlementaires 😉 Mes principales visions et objectifs politiques ont pris forme lors d’un think-tank local dont je faisais parti juste après la crise financière de 2008, et pendant le travail de la création de la résolution IMMI (Initiative islandaise pour la Modernisation des Médias) [3]. Ces objectifs sont encore heureusement au cœur de la politique de base du Parti Pirate.

Premièrement: Afin d’associer le public à la refonte du cadre juridique de l’Islande, grâce à la démocratie directe et au travers la co-construction d’une nouvelle constitution pour et par le peuple de l’Islande : je savais que nous avions besoin d’une nouvelle fondation ou comme je le dis souvent : d’un nouveau hardware (matériel) permettant de faire une installation propre du système.

Deuxièmement: Afin de transformer l’Islande en un havre de paix pour la liberté d’information, d’expression et pour la transparence. Afin de transformer l’Islande en un lieu définissant la vie privée numérique comme étant la pierre angulaire de la démocratie directe. Afin de créer le fer de lance du cadre juridique du 21e siècle.

Je suppose que l’on pourrait dire que je suis une sorte de personne de démarrage de parti, parce que j’ai co-construit deux partis politique à partir de rien pendant ces six dernières années et demi, avec des gens divers et vraiment incroyable. Les deux partis ont été élu au parlement. La première fois que je fus élu il ya six ans, je suis allé à l’intérieur du système, droit au cœur de celui-ci, à l’assemblée législative, tel un hacker juridique, analysant ses forces et faiblesses afin de trouver des façons d’améliorer le système.

J’ai appris très tôt à suivre mon intuition en tant que poet-icienne car ça me permettait de donner beaucoup plus de sens à mon travail, que de jouer dans la rivalité et les manipulations idéologiques des systèmes de gauche et de droite. Les concepts idéologiques de bien et de mal produits par l’ancien monde sont tout simplement dépassés. Nous n’avions plus de parlements forts ni les liens directs entre les décideurs et le publique en général, et c’est peut-etre ce que nous venons de créer. Nous avons donc rappelé les politiciens professionnels qui vraiment trop éloignées de la réalité dans lesquelles vivaient la plupart d’entre nous.
La plupart des gens ont réalisé que les politiques de gauche et de droite n’avaient plus aucun rôle utile à jouer. Que l’idéologie gauche-droite était véritablement dépassé.

Que créer des mouvements politiques basés sur des agendas commun sur les problèmes urgents à propos des droits fondamentaux et sur la réforme démocratique, c’est tellement important actuellement.
Pour que les gens ordinaires, tels que nous-autres, puissent co-construire notre société, nous devons disposer d’outils démocratiques appropriés. Les citoyens (et pas uniquement les élites) ont besoin d’entrer dans les parlements pour changer les lois, donc nous pouvons tous avoir ce pouvoir qui nous revient de droit : Ce pouvoir d’influer notre société et d’exercer une pression réelle sur les personnes qui sont au pouvoir : Un pouvoir pour nous tous, et non pas simplement au service d’une élite.
L’un des objectif du ”Mouvement” [1] et du Parti Pirate [2], a été d’inciter les personnes ordinaires à prendre des responsabilités politiques en avançant vers l’inconnu et bien sûr, à être le moustique gênant dans la tente qui ouvre la fenêtre.
En regardant les différents modèles sur la façon d’humaniser et de moderniser la façon dont nous gérons nos sociétés, je suis venu à la conclusion qu’il n’y a actuellement pas de modèle unique qui convienne à tous. Nous avons besoin d’expérimenter et d’étudier ce qui fonctionne pour chaque type de société, en fonction du contexte culturel.

Il ya quelques expériences de démocratie directe étonnantes qui sont mises en œuvre avec succès dans le monde entier. De nouveaux types de plates-formes d’engagement citoyens sont créés et utilisés pour former la politique et pour favoriser la démocratie directe : l’outil Liquid Feedback du Parti Pirate, D-Cent, Your Priorities, DemocracyOS et WeGov, par exemple.

La technologie permettant l’accès direct au pouvoir est maintenant devenue assez simple pour que les citoyens puissent commencer à l’utiliser pour former l’opinion et imposer un changement politique par la base, façon bottom-up (du bas vers le haut). Une des tâches les plus importantes à venir est d’aider les gens à prendre conscience que si ils veulent vivre dans une vraie démocratie, ils doivent faire partie de celle-ci, ils doivent s’engager avec elle. Et que vivre en démocratie, ça nécessite un effort.

Il est également essentiel que les gens commencent à discuter avec leurs amis et leurs familles sur le genre d’avenir qu’ils veulent. Si nous autres, citoyens de la Terre – ne disposons pas d’une vision claire de l’endroit vers lequel nous nous dirigeons, nous n’irons nulle part. Les 1% [4] ont une feuille de route claire de l’endroit où ils veulent aller : C’est ce qui leur permet de rester en avance sur nombre d’entre nous.
Certaines des innovations et des créations les plus étonnantes de l’histoire de l’humanité ont émergé dans des conditions de stress extrême, tel que le New Deal [5]. En tant qu’êtres humains, nous avons maintenant atteint un stade où nous devons évoluer vers le niveau suivant, ou bien nous allons manquer la transmission de ce monde durable à la génération suivante. S’il vous plaît : Parlez de la façon dont vous imaginez le futur, faites-en une vision et partagez cette vision avec les autres, commencez avec la personne assise à côté de vous.
Si vous avez besoin d’une source d’inspiration, je trouve que la chanson “Imagine” de John Lennon est une bonne base de départ.
La poét-icienne en moi voudra terminer ceci par un appel à l’éveil !

J’ai vu le signe
que la fin du monde
tel que nous le connaissons
a commencé

Ne paniquez pas
cela peut paraître terrifiant
au premier abord

Pourtant, l’intérieur de chaque
être humain
le choix
d’être un catalyseur

La terre nous appelle
Le ciel nous appelle
La Sciences nous appelle
La Création nous appelle:

Réveille-toi, réveille-toi maintenant

Transforme ton cœur
en une machine à compassion

Il est maintenant temps
de céder à l’appel à l’évolution
de céder à l’appel à l’action

Vous êtes les artisans du changement

Endormis de tous âges

LEVEZ VOUS

levez vous: MAINTENANT

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Mouvement_%28Islande%29
[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_pirate_%28France%29
[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Initiative_islandaise_pour_la_Modernisation_des_M%C3%A9dias
[4] https://fr.wikipedia.org/wiki/Occupy_Wall_Street#Principales_revendications
[5] https://fr.wikipedia.org/wiki/New_Deal

+++++++++++++++++

Les traductions sont réalisés après la conférence et dès que celles-ci sont disponibles, elles sont listés ici. Faites nous, s’il vous plait, savoir s’il existe déjà des traductions dont vous seriez au courant.

Si vous souhaitez contribuer à une traduction dans votre propre langue, vous pouvez nous l’envoyer à contact@piratetimes.net et nous la publierons.
Ce poste sera régulièrement mis à jour, dès que de nouvelles traductions seront disponibles

Zidjinn

About Zidjinn