Le Parti Pirate Belge annonce ses têtes de listes flamandes pour les élections européennes

Le Parti Pirate Belge annonce ses têtes de listes flamandes pour les élections européennes

Cet article est également disponible en: Espagnol

Lors du weekend du 18 au 19 janvier, les pirates Belges, venant de tout le pays, sans distinction de langue, se sont réunis à Bruxelles. Ce genre de réunions est organisé 4 fois par an par le PP-BE. Après quelques débats sur de petits changements de statuts, le travail principal put commencer. Le point suivant abordé fut le programme régional, et suite à un dur labeur, une version finale a pu être acceptée.

 

Ensuite, il y eut quelques décisions pratiques sur comment le Parti Pirate Belge travaillera avec ses confrères européens. Le programme commun aux élections européennes a été ratifié à l’unanimité et le PP-BE a décidé de rejoindre le Parti Pirate européen.La tension est montée lorsque la grande question s’est posée : « Qui représentera les pirates Flamands aux élections européennes le 25 mai ? Après le vote d’approbation de tout les candidats de la liste européenne, le classement a été décidé par la méthode Schulze-Condorcet. Les trois premiers candidats sont Sarah Van Liefferinge, Jonas Degrave et Helga Vandenweghe. La liste UE pour la région wallone sera choisie plus tard. Pour participer aux élections européennes en Belgique, il faut collecter 5000 signatures de votants dans chaque région ou obtenir 5 signatures par région d’élus d’un niveau national. C’est la prochaine étape pour les pirates Belges avant que la campagne électorale ne commence réellement.

Et le travail ne s’arrête pas là. Le 25 mai ne se tiendront pas uniquement les élections européennes : il y aura aussi les régionales et les nationales. C’est un grand défi à relever surtout pour un petit parti. Sans compter le seuil de 5% pour les élections régionales et nationales. Le premier siège au parlement européen requiert environ 8% de votes.

Voici la présentation de la première candidate :

Première candidate : Sarah Van Liefferinge

Sarah Van Liefferinge

Sarah Van Liefferinge

Qui es-tu et pourquoi as-tu rejoins le Parti Pirate ?

Sarah: Je m’appelle Sarah, j’ai 32 ans et j’habite à Gand. J’ai étudié les cultures et les langues de l’Est et j’ai un diplôme d’enseignement. Mon travail consiste à guider les étudiants déficients visuels et autistes qui effectuent des études secondaires et supérieures.J’ai rejoins le Parti Pirate depuis presque deux ans. C’est un article sur le Parti Pirate Allemand qui m’a décidée. J’ai eu l’impression que je ne pourrais plus voter pour l’un des partis politiques traditionnels. Ainsi le style pirate m’a convaincue : sortir du système de pensée traditionnel, au-delà de la gauche contre la droite, un mouvement qui a incorporé la numérisation et la troisième révolution industrielle. C’est ce dont les sociétés ont besoin aujourd’hui. Il est impossible de rester aveugle est muet face aux nombreuses failles dans nos systèmes politiques et socio-économiques. Je suis vraiment indignée et je me refuse de devenir cynique. Donc j’ai rejoins le mouvement.

Quelle perspective pour le Parti Pirate Européen d’après toi ?

Sarah: Pour moi, l’idéologie pirate est comme une toile : tout est connecté. Au centre on trouve les droits civils (numériques) et la responsabilisation des citoyens. La culture du libre et les données ouvertes (ou open data) sont essentielles afin d’y parvenir: l’éducation devrait être accessible à tous. La vie privée des citoyens doit être garantie. L’augmentation de la surveillance des États doit être arrêtée.De grandes sociétés sont plus puissantes que certains États. Elles polluent nos démocraties et notre environnement. Les droits d’auteur et les lois sur les brevets, créés pour stimuler la créativité, renforcent la puissance de ces sociétés. Les accords commerciaux internationaux également, si nous n’y faisons pas attention.

Il est temps d’adapter nos lois et nos systèmes à l’ère numérique, ce qui offrira de nombreuses possibilités d’améliorations de nos démocraties: décentralisation du pouvoir à l’aide de réseaux P2P, distribution de masse de l’information et des données, ainsi qu’une communication hautement interactive avec les citoyens par exemple.

Sur quoi te focaliseras-tu si tu es élue ?

Sarah: Lorsque je serais élue, je voudrais commencer par expérimenter le concept de démocratie liquide. Je crois que le Parti Pirate devrait être un laboratoire pour la politique: Nous pouvons apprendre par tâtonnement. Ainsi j’aimerais intégrer l’outil de proposition et de vote GetOpinionated. Il est basé sur l’idée de la démocratie liquide. En outre, j’aime l’idée du « Ministère Ouvert » en Finlande. Ces outils nous offrent la possibilité d’une législation collaborative de masse (ou crowdsourcing).L’Union Européenne connaît clairement un déficit démocratique. Les citoyens n’ont pas confiance en la Commission Européenne et ne se sentent pas connectés avec le Parlement Européen. L’union monétaire a été construite rapidement et s’étend encore. L’agrandissement semble plus important que la stabilité. Nous avons besoin d’une Union Européenne transparente, juste et vraiment démocratique, sans quoi l’Europe s’effondrera. Les institutions européennes ont clairement besoin d’une mise à jour. Les citoyens européens ont besoin d’une nouvelle perspective pour le futur. Et je crois que les pirates abondent de bonnes idées pour aider à le construire.

Featured Image : CC BY-SA PPBE

Koen De Voegt

About Koen De Voegt

I'm a 34 year old electronics engineer from Antwerp, Belgium. I joined the Belgian Pirate Party in October of 2011. Around that time I was one of the first members of the Ghent branch. In January 2012 I founded the local branch of the PP in the city and province of Antwerp. I'm also travelling to international PP meetings, sometimes as delegate. I find the international nature of the pirate movement one of its great strengths to focus more on this I've successfully ran for co-chairperson of PPI.

All content is CC-BY if not mentioned otherwise. Please link back to us if using content.